Pars avec lui by Agnès Ledig

Bonjour à vous,

Pendant ma semaine de vacances en Corrèze, j’ai eu le plaisir de lire un des romans d’Agnès Ledig : Pars avec lui.

Pars avec lui

C’est tout bonnement le titre du livre qui m’a interpellé. Une envie soudaine de tout quitter, de partir à l’inconnu et de rencontrer celui qui partagera ma vie…voilà, ce que m’inspirait ce roman.

Je ne vous ferai pas de résumer, je me dis que vous pourrez aller vous même vous renseignez si ce livre vous intéresse. Je vais seulement noter quelques passages qui m’ont particulièrement plu, touché et je donnerai mon avis, mon ressenti sur la fin.

« J’aime les hommes qui osent montrer leur fragilité. C’est qu’ils sont forts tout au fond. »

« Elle se dit que si la vie n’a pas été très généreuse jusque-là, elle lui offre un joli cadeau pour finir. Parce qu’elle sait que c’est avec lui qu’elle finira, quoi qu’il arrive. »

« Tous ces compliments qui débordaient de sa bouche quand nous nous sommes connus ne sont plus que de lointains souvenirs. »

« J’ai tellement besoin qu’on me dise que je suis magnifique. »

« Il me laisse toujours venir avant lui, par politesse, par respect, comme ces hommes qui tiennent la porte […] c’est rien, un homme qui tient la porte à une femme. C’est rien et c’est tout à la fois. »

« Je m’en fous de l’égalité des sexes. C’est de la foutaise, ça. Sous prétexte qu’elles veulent les mêmes droits, elles revendiquent le même traitement. Mais nous, les femmes, on a besoin d’attention, de douceur, de tendresse, de ces petits riens qui font tout. »

« Méfiez-vous , les gens, je vais vous éclabousser de toute cette vie qui revient en moi. Je respire. »

« Combien de femmes, aujourd’hui, vivent sans se respecter, en acceptant d’être dévalorisée par leur conjoint, ou par leur patron, au quotidien, à la maison, au travail. Combien essaient de faire mieux, et encore mieux, pour plaire à ce mari qui les a séduites un jour, mais qui oublie qu’un jour ne veut pas dire toujours et que ce qu’il tient pour acquis serait complètement remis en question si seulement elles exigeaient le respect […] combien font l’étoile de mer au lit parce qu’elles pensent que le devoir conjugal est une obligation quand monsieur a besoin de se soulager, mêmes si elles n’en ont pas envie parce que monsieur leur parle mal ou qu’il oublie de leur dire qu’elles comptent pour lui. »

« […] je ne faisais que passer sur cette terre, nous ne faisons tous que passer, et il est bon d’en avoir conscience pour garder l’humilité. »

« On a tous besoin de se sentir aimé véritablement, reconnu dans ses qualités et malgré ses défauts. Ainsi on peut s’épanouir sans crainte et sans jugement. »

A la fin de ma lecture, je me suis rendue compte que ce livre m’avait réellement aidé à trouver des réponses à mes questions et avait su estomper mes doutes dans ma vie sentimentale. J’étais presque soulagée et un sentiment profond de joie m’a envahit. Est-ce là un hasard ? Je ne le crois pas…

Bref, il s’agit là, d’un merveilleux roman selon moi qui, amène à réfléchir sur la place et les droits de la femme au sein du couple. Il met en avant des valeurs premières que l’on oublie souvent telle que le respect de soi.

La vie est belle, ne l’oubliez pas !

Belle journée !

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s